• ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D'ART DRAMATIQUE DE MONTPELLIER

2019-2020 / BÉRANGÈRE VANTUSSO

2019-2020 / BÉRANGÈRE VANTUSSO

2019-2020 / BÉRANGÈRE VANTUSSO 600 300 ENSAD Montpellier

Bérangère Vantusso

Stages donnés aux étudiants de la promotion 2020

  • du 4 au 20 février 2019
  • du 6 au 31 janvier 2020
  • du 22 juin au 11 juillet 2020 _ Création

Création d’un spectacle pour Septembre 2020, avec les 12 élèves de la promotion 2020.

Comprendre la Vie
D’après Comprendre la Vie de Charles Pennequin (Éditions POL – 2010).
Un spectacle de Bérangère Vantusso

Assistant à la mise en scène Guillaume Gilliet,
Scénographie Cerise Guyon,
Lumière Christophe Mazet,
Son Félix Nico
Régie lumièreClaire Eloy
Régie plateauRémi Jabveneau
Collaboration aux animations Laura Fedida,
Marionnettes Einat Landais

Avec Louise Arcangioli, Alice Fulcrand, Anaïs Gournay, Ivan Grevesse, Agathe Heidelberger, Mathilde Jarry, Aurélien Miclot, Harrison Mpaya, Maija Nousiainen, Léopold Pélagie, Maïka Radigales, Thomas Schneider

Création en partenariat avec la Compagnie trois-six-trente.
Avec le soutien de Montpellier Méditerranée Métropole, de la DRAC Occitanie et de la Région Occitanie.

Comprendre la Vie est un projet d’anthropologie poétique et marionnettique que je propose de mettre en œuvre avec les acteurs de la promotion 2020 de l’ENSAD de Montpellier.

Au départ, il s’agit d’un texte protéiforme – tantôt versifié, tantôt en prose, parfois écrit en très gros caractères – dans lequel, le poète sonde l’humain à commencer par lui-même. (y figurent aussi quelques chiens, une femme morte, Tatave le chat du père, Kevan, Plumeau et quelques autres spécimens).

L’humain et la société qui l’entoure, l’humain et l’amour, l’humain et son père, l’humain et les astres et les murs vers lesquels nous allons. Et en se sondant “lui-même”, le poète invente un « nous » que je souhaite confier aux acteurs. Inventons un « nous » et regardons-le de plus près, par l’intérieur.
Ce projet place le spectateur dans le rôle d’un anthropologue à qui il appartient de créer des liens et d’accumuler des indices pour voir apparaître un regard sur le monde, sans concession et sans repère définitif, une pensée exubérante, vitale, frénétique et qui nous enjoint d’avancer «droit au mur mais avec panache».

Pour inventer ce « nous », Comprendre la vie se munira de six marionnettes qui représentent les 12 acteurs : trois hommes, trois femmes, jeunes, blanc.hes, métis et noir.e.s. Marionnettes sur table, manipulées en solo ou à deux (ou à 12), elles auront la particularité de pouvoir se mettre en pièces : bras, têtes et jambes détachés et recomposés à l’envie. Elles auront aussi la simplicité des êtres inventés par la dessinatrice Marion Fayolle.

Photos : Guillaume Gilliet