• ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D'ART DRAMATIQUE DE MONTPELLIER

OCTOBRE – NOVEMBRE 2019 / NICOLAS DOUTEY & TONY CHAPUIS & ESTELLE LANDI

OCTOBRE – NOVEMBRE 2019 / NICOLAS DOUTEY & TONY CHAPUIS & ESTELLE LANDI

OCTOBRE – NOVEMBRE 2019 / NICOLAS DOUTEY & TONY CHAPUIS & ESTELLE LANDI 590 393

Tony Chapuis  / Nicolas Doutey / Estelle Landi

Du 28 octobre au 29 novembre 2019

Depuis 20 ans, Tony Chapuis parcourt les métiers de l’image en passant par la publicité (Kenzo, Lancôme, Cartier..), les documentaires  (Le peuple migrateur, Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud), les films d’auteurs (Vendredi soir de Claire DenisLes égarés d’André Techiné ), les films grand public (Deux jours à tuer de Jean BeckerBeur sur la ville de Djamel Bensalah) et aussi la télévision avec des téléfilms et des séries à succès ( Clara s’en va mourir de Virginie Wagon pour Arte, Un village français, Kaamelott, Un si grand soleil…).

Depuis 2016, il initie et participe en collaboration de Gildas Milin et de l’équipe de l’ENSAD de Montpellier à un atelier d’écriture et de réalisation par les élèves d’un objet filmique   

Cet atelier se structure en en quatre étapes :

  • Ecriture d’un scénario en collaboration avec Nicolas Doutey
  • Préparation du tournage (casting , repérages, découpages, constructions…).
  • Tournage avec Tony Chapuis.
  • Montage avec Estelle Landi.

En 2019, pour la promotion 2022, Nicolas Doutey, auteur, prend en charge la partie écriture collective du scénario.


Atelier d’écriture et de réalisation.

Les questions de mises en scène ne sont pas forcément celles posées par le jeu, ni celles posées par l’écriture, mais elles ne cessent de dialoguer, de se recouper, de se faire grandir les unes les autres par intrication.

Une actrice, un acteur qui se prête à l’exercice de l’écriture, comme retranscription de sa capacité à « fictionner » modifie sa relation non seulement aux textes qu’il pourra interpréter à l’avenir mais aussi sa capacité même d’acteur. Pour cette raison, l’ENSAD propose aux élèves de passer par toutes les fabriques de la réalisation d’un film à commencer par l’écriture scénaristique.

Une actrice, un acteur qui fait l’expérience de l’écriture et des différents postes techniques qui participent à l’aventure filmique (cadrage, montage, script, prise de son etc.) est positivement modifié, transformé dans l’approche de sa pratique.

Atelier d’écriture et de réalisation.

Les questions de mises en scène ne sont pas forcément celles posées par le jeu, ni celles posées par l’écriture, mais elles ne cessent de dialoguer, de se recouper, de se faire grandir les unes les autres par intrication.

Une actrice, un acteur qui se prête à l’exercice de l’écriture, comme retranscription de sa capacité à « fictionner » modifie sa relation non seulement aux textes qu’il pourra interpréter à l’avenir mais aussi sa capacité même d’acteur. Pour cette raison, l’ENSAD propose aux élèves de passer par toutes les fabriques de la réalisation d’un film à commencer par l’écriture scénaristique.

L’écriture et les acteurs.

Combien de scénaristes aujourd’hui ne peuvent pas envisager d’écrire autrement que par la prise de notes orales enregistrée au dictaphone, rendant compte de modes d’écritures qui ne sont pas exactement ceux de la littérature mais bien ceux d’un jeu et d’une oralité retranscrite, qui prendront leur sens dans les voix des interprètes au théâtre comme au cinéma.
Ecrire, c’est « fictionner ».
A cet égard, le métier d’acteur et celui d’auteur sont très semblables. La proximité entre ces deux pratiques est une chose que l’ENSAD souhaite faire éprouver aux élèves au-delà des simples stages d’invitations faites à des réalisateurs.

Repérages et tournage.

Se mettre dans une situation de tournage « professionnel », apprendre à jouer pour et avec l’œil de la caméra afin de saisir les subtilités et les différentes nuances de jeu que permet le médium filmique.
Prendre conscience des différents métiers qui participent à la création d’une œuvre cinématographique.
Répondre à des questions de planification, à des résolutions techniques, choisir les décors, les costumes, canaliser son énergie, gérer son temps… Un tournage est une somme de contraintes qu’il faut savoir appréhender, anticiper pour en garder la maîtrise tant au niveau d’un réalisateur que des comédiennes, comédiens.

Une actrice, un acteur qui font l’expérience de l’écriture et des différents postes techniques qui participent à l’aventure filmique (cadrage, montage, script, prise de son etc.) sont positivement modifiés, transformés dans l’approche de leur pratique.


Nicolas Doutey est auteur, agrégé en lettre moderne, thésard en philosophie du théâtre, il enseigne les lettres modernes à l’université Paris-Sorbonne. Il creuse son envie de théâtre, son envie de texte en prise avec l’action au côté d’Alain Françon. Pendant 8 ans, il l’assistera à la mise en scène, le jeu et la dramaturgie.
Il intervient auprès des 14 élèves de la promotion 2022 dans l’idée de leur faire toucher du doigt un médium spécifique : l’écriture cinéma.
Deux semaines, c’est le temps que les étudiants vont avoir pour entrer dans la matière écriture, ils vont s’y essayer, se tromper, recommencer, réexaminer, améliorer.
A la fin de ces deux semaines, leurs productions textuelles devront permettre de tourner pendant une dizaine de jours.
Durant la troisième semaine de stage, ils vont rencontrer Tony Chapuis,
La troisième semaine de stage est envisagée comme une semaine de mise en relation entre le tournage à venir et l’écriture en cours, la rencontre entre les élèves, Nicolas Doutey et Tony Chapuis, chef opérateur invité pour la réalisation du film.


Montage

Dans la continuité de leur atelier d’écriture et de leur tournage avec Tony Chapuis les élèves vont s’atteler au montage avec Estelle Landi : monter des séquences, se familiariser avec les notions de mixage et d’étalonnage. Les étudiants y découvriront comment le montage peut influencer leur façon d’appréhender leur jeu d’acteur.

Pendant le stage, les élèves travaillent par groupe de deux à partir des mêmes rushes afin de monter en binôme plusieurs séquences.
À l’issue de ce stage, les élèves finaliseront leur court métrage.

Estelle Landi est monteuse depuis 12 ans dans le domaine du documentaire. Elle est passée par les clips et courts-métrages et actuellement, son activité principale se situe sur les séries de la Région Occitanie.

photo : Camille Grillères